PEDNEAULT, Hélène    
UNEQ

Notice biographique :

(Jonquière, Saguenay-Lac-Saint-Jean, 1952-2008) Femme de parole, elle écrit et elle parle. Après des études en lettres au Cégep de Jonquière, elle a la chance de vivre plusieurs vies antérieures de son vivant. Toutes les formes d'écriture l'intéressent : biographie, nouvelle, pamphlet, chanson, théâtre, chronique, et bientôt roman. Elle a publié sept livres. Sa pièce "La Déposition" a été créée à Montréal en 1988 et traduite en cinq langues. Depuis sa création, elle n'a jamais cessé de jouer en France, en Italie, en Belgique, au Canada, en Suisse, en Allemagne, en Hollande et aux États-Unis. Elle fait de la radio depuis vingt-cinq ans. Elle réalise, entre autres, les séries « Signé Loranger » (1995), « Éloge de l'indignation » (1996) et « Robert Gravel, l’homme qui avait toujours soif » (1997) à Radio-Canada. Pour la télévision, elle fait l’adaptation de la nouvelle version du téléroman « Sous le signe du Lion » de Françoise Loranger, diffusé à Radio-Canada en 1997. Elle est née à Jonquière quatre ans après la parution de Refus global, sept ans après la mort de Duplessis, vingt-quatre ans avant la première victoire du Parti québécois et trente-sept ans avant la chute du mur de Berlin. Féministe, indignée, indépendante et indépendantiste de souche, son principal modèle est la rivière Saguenay, à ce jour indomptable. ----- ----- ----- ÉCRIVAINE ET FÉMINISTE Décès d'Hélène Pedneault par Manon Guilbert - Extrait du : Le Journal de Montréal 02-12-2008 | 11h32 --- --- L'écrivaine, journaliste et chroniqueuse Hélène Pedneault est décédée, vaincue par le cancer. Femme de coeur et de grande passion, elle a été de toutes les causes et de tous les combats au Québec. Hélène Pedneault a publié dix livres, romans, essais et biographies. Elle a signé de nombreux articles dans les magazines engagés comme La Vie en rose. Elle a participé comme chroniqueuse à de nombreuses émissions radiophoniques où elle était invitée pour faire valoir ses opinions. Hélène Pedneault était une battante. Elle avait milité pour la cause des femmes. Elle était cofondatrice de la Coalition Eau Secours et une souverainiste de la première heure membre du Conseil de la Souveraineté. La délinquance Journaliste, essayiste, chroniqueuse, scénariste, auteure de chansons et dramaturge, elle s'est fait connaître à la radio de Radio-Canada avec ses collaborations à différents magazines. C'est à La Vie en rose, où elle signait Chroniques délinquantes, qu'elle a fait sa marque. Organisatrice de spectacles, agente d'artistes, attachée de presse, elle a aussi écrit des chansons pour Sylvie Tremblay, Richard Séguin et, surtout, pour Marie- Claire Séguin. On lui doit aussi une très belle biographie de Clémence Des Rochers, Tout Clémence. Le monde du théâtre est lui aussi en deuil. La Déposition, traduite en cinq langues et qui n'a jamais cessé d'être produite depuis sa création, en 1988, lui a fait une belle place dans cet univers. De plus en plus, elle se consacrait à la fiction tout en militant pour des causes qui lui tenaient à coeur. Les honneurs Elle a reçu de nombreux honneurs, dont le prix Edgar-Lespérance pour La Douleur des violons, le Prix littéraire du Salon du livre du Saguenay de 2000 et le prix Abitibi-Consolidated 2004 pour son oeuvre. Pauline Marois, chef du Parti québécois, a exprimé hier la tristesse que provoque ce départ si brusque. «Déjà, nous sentons un grand vide dans le paysage québécois. En pensant à Hélène Pedneault, je pense solidarité, équité et idéal. Elle était de ces femmes de conviction profonde et de combat qui ont contribué à faire du Québec un meilleur endroit où vivre.»


  Bibliographie Tri par titre - Tri par date
>